Nos projets

SENEGAL

Prévention dans la lutte contre la traite des enfants à des fins sexuelles et de la migration précoce

 

Téléchargez la fiche détaillée du projet ici.

 

 

LOCALISATION

Le projet couvre 5 sites aurifères (Moussala, Gamba Gamba, Kharakhéna, Kolya et Sansamba) et 3 villages (Moussala, Kharakéna, Gamba Gamba) tous situés dans la région de Kégoudou plus particulièrement dans le département de Saraya qui abrite la commune de Bembou où se trouvent les localités d’intervention citées.

BUDGET

20 000 €

DUREE

1 juillet 2020 – 31 décembre 2020 (Projet pilote de 6 mois)

 

CONTEXTE

La découverte des richesses du sous-sol notamment de l’or dans la région de Kédougou, a donné depuis quelques années, un coup de fouet à l’économie régionale. De grandes firmes se sont installées pour faire de la prospection ou pour exploiter l’or. Il s’y ajoute des voies de communication quasi correctes, faisant de Kédougou un grand carrefour, dont le quotidien est rythmé par le mouvement pendulaire des camions et bus ralliant l’intérieur du pays au Mali et à la République de Guinée.

Ce regain de l’économie régionale a entraîné une ruée de populations des pays de la région (Mali, Burkina, Nigéria, République de Guinée, etc.) vers Kédougou pour l’orpaillage traditionnel dans les « Dioura [1]» ou « Couloir » en terme technique. Dans le même temps, de nombreuses activités dont certaines illicites s’y développent comme la vente de stupéfiants, de produits toxiques (cyanure, plomb), la prostitution clandestine. Ceci a sans nul doute, un impact négatif sur les secteurs de l’agriculture, de l’éducation, de la santé, de la protection des enfants et de l’environnement, etc.

Le département de Saraya n’est pas épargné. Il abrite plusieurs Dioura ou site aurifères (Kharakhéna, Gamba Gamba, Sansamba, Moussala…) faisant de cette circonscription, l’un des trois départements de la région de Kédougou qui concentrent l’une des plus fortes colonies de personnes d’horizons divers et dont l’activité est fortement liée à l’exploitation de l’or. En plus, le constat le mieux partagé reste l’importante présence d’enfants filles et garçons non accompagnés dans ces sites et qui sont victimes d’exploitation (pires formes de travail, exploitation sexuelle, etc.).

 

OBJECTIF

Renforcer les compétences et les connaissances des communautés sur la migration et la traite des enfants à des fins sexuelles.

ACTIVITES DU PROJET

Axe 1 : Les actions de prévention :

Des actions d’information, de sensibilisation et de mobilisation communautaire seront développées dans les sites d’orpaillage traditionnels de Kharakhéna, Moussala, Gamba Gamba, Kolya et Sansamba de même que les villages de Kharakhéna, Moussala et Gamba Gamba. Des actions comprendront des dialogues sociaux (entre hommes et femmes/entre femmes et filles/entre garçons et filles) des fora avec les enfants, les jeunes et les parents et aussi de la communication avec les détenteurs d’enjeux (les personnes qui peuvent provoquer des changements), tels que les autorités religieuses, les responsables des groupements de femmes, les gardiens des sites.

Axe 2 : Les actions de protection :

Des actions de retrait et de prise en charges des enfants victimes. Ici, il s’agira de les réaliser en relation avec les autorités administratives (Préfets, sous-préfets et chefs de village), les autorités politico-administratives (Maires et conseillers), les forces de défense et de sécurité, les personnes désignées par les communautés (membres dispositifs de protection, tomboloma, etc.)

BENEFICIAIRES

  • 300 enfants identifiés exposés d’exploitation sexuelle dans les 5 sites d’exploitation aurifères et dans 3 villages campements[2] (enfants en situation de migration précoce, enfants non accompagnés, enfants en situation de travail illicite plus particulièrement les jeunes filles),
  • 3 clubs d’enfant de Kharakhena, Moussala et Gamba Gamba
  • 3 CAPE de Kharakhena, Moussala et Gamba Gamba
  • 600 chefs de ménage dans les villages de Karakhéna, Gamba Gamba et Moussala
  • Enfants victimes d’exploitation sexuelle dans les villages et autour des campements d’exploitation artisanale de l’or.

 

PARTENAIRES

  • Ministère des Affaires Etrangères et Européennes du Luxembourg
  • ENDA Jeunesse Action
Au niveau local:
  • Le Comité Départemental pour la Protection de l’Enfant de Saraya
  • Organe de gestion des sites aurifères (tomboloma)
  • Communautés des villages de Kharakhena, Moussala et Gamba Gamba
  • Clubs d’enfant de Kharakhena, Moussala et Gamba Gamba
  • CAPE (dispositifs locaux de protection de l’enfance) de Kharakhena, Moussala et Gamba Gamba
  • Chefs de ménage dans les villages de Karakhéna, Gamba Gamba et Moussala
  • Acteurs de la protection de l’enfant
  • Populations des sites aurifère

 

 

Découvrez nos autres projets dans le reste du monde :

Voir en plein écran

 


[1] Le dioura ou couloir en terme technique correspond à l’espace défini par le service des mines et de la géologie et affecté aux populations pour exploitation. Et c’est dans les dioura qu’on trouve les « dama » qui sont les trous creusés pour extraire le minerai.

[2] Le campement est un espace d’habitation précaire à côté ou dans un village. Il est habité par les mineurs et tous les travailleurs dans l’économie informelle autour de cette activité. Ils peuvent à tout moment décamper au gré des découvertes de nouveaux sites.