Sous le Haut Patronage de Son Altesse Royale la Grande-Duchesse

Inde

La région de Goa attire des touristes du monde entier, y compris des Indiens de la classe moyenne. La majorité s'y retrouve pour profiter des plages et de la douceur de vivre. Mais certains la fréquentent pour son accès facile à tous types de drogue et de prostitution.

Le trafic international d'êtres humains alimente les réseaux de prostitution, comme le recrutement dans les zones pauvres de la région. Parmi les personnes mises en prostitution se trouvent des enfants, principalement des jeunes filles.

Ce projet leur est consacré. Avec notre partenaire local ARZ, nous conjuguons des actions de prévention, de protection et de réhabilitation.

La fiche récapitulative de ce projet peut être téléchargée sur ce lien

Selon un rapport du Ministère indien du Développement des Femmes et de l’Enfant, réalisé en 2007, 53,2% des enfants indiens ont fait face à une ou plusieurs formes d’abus sexuel. Ce pourcentage effarant doit encore être complété : 22% ont subi un abus sexuel grave, et 6% ont été violés. Pour la moitié, les responsables de ces violences sexuelles sont des personnes connues de la victime. La majorité (73%) de ces abus sexuels concernent des enfants âgés de 11 à 18 ans. La tranche des 5 à 12 ans est celle qui a subi le plus d’abus, tandis que les cas les plus graves se recensent chez les 11 à 16 ans.

 

Ces chiffres, aussi consternants soient-ils, sont peut-être sous-évalués. En effet, ils concernent principalement les milieux socio-économiques inférieurs et l’on sait qu’un grand nombre de cas ne sont pas rapportés. En cause, un manque de compréhension de l’abus sexuel par la victime et les membres de sa famille. A quoi s’ajoutent un manque de connaissance des dispositions légales, la crainte du harcèlement et de la stigmatisation, la réponse négative des agences d'application de la loi, et du pouvoir puissant et influent de l’abuseur. D’où l’importance de sensibiliser cette population vulnérable.

 

Nombre d’enfants abusés seront ensuite soumis à différentes formes d’exploitation sexuelle. Une des plus fréquentes, le tourisme sexuel – notamment impliquant des enfants – s’est développée en même temps que le tourisme de masse. La région de Goa ne fait pas exception. Et les abuseurs ne sont pas que des touristes étrangers. On retrouve aussi des nationaux et des travailleurs migrants.

 

Une grande partie des victimes d’exploitation sexuelle sont également victimes de la traite, c’est-à-dire qu’elles ont été déplacées de leur région d’origine. Un trafic facilité par le développement des infrastructures et l’ouverture au reste du pays et au monde de Goa et sa région.

Projet de prévention de l'abus et de l'exploitation sexuels à Goa, Inde

L'objectif principal du projet est de contribuer à réduire les cas d'abus sexuel des jeunes filles de Mormugao, région de Goa.

 

Plus spécifiquement, le projet vise à sensibiliser, renforcer les capacités, porter assistance et promouvoir le changement de comportement.

Les activités du projet se déclinent sur 6 axes:

Empêcher les abus sexuels des adolescentes de Mormugao

  • Sessions d'information auprès des adolescentes
  • Création de groupes de soutien d'adolescentes pour aider les victimes
  • Services de consultation
  • Sessions d'information avec des mères ayant des adolescentes

Changer les comportements

  • Conseil et suivi individuel de jeunes filles victimes d'exploitation sexuelle ou à risque
  • Constitution d'un groupe de femmes adultes d'entraide

Assistance à la réhabilitation de victimes d'exploitation sexuelle à des fins commerciales

  • Suivi individuel par un conseiller professionnel
  • Scolarisation des vicitmes dont les parents ne peuvent y subvenir

Assistance aux victimes d'abus sexuel

  • Appui dans toutes les démarches auprès de la police

Renforcement des capacités des acteurs de la protection de l'enfance

  • Formation auprès des organisations impliquées

Renforcement des capacités de personnes impliquées dans le combat contre le trafic d'êtres humains dans les régions d'origine, de transit et de destination

  • Atelier de formation dans 2 Etats d'origine du trafic
  • Publication d'une newsletter hebdomadaire sur le sujet

Bien que l'Inde soit en douzième position parmi les économies les plus puissantes du monde [1], le revenu par habitant en Inde est seulement de 2750 dollars, à comparer aux 70490 dollars au Luxembourg et aux environ 35000 en Belgique, France et Allemagne [2]. L'importance globale de l'économie indienne reflète la taille de la population de l'Inde, 1,1 milliard, plutôt que le niveau de développement du pays. L'Inde est un pays d’importants contrastes : à côté de l’"Inde qui brille", avec une classe moyenne qui jouit d'une forte croissance économique, vit l'autre Inde, dont la majorité de la population fait partie, n’ayant pas vraiment profité de la croissance économique de ces dernières années. Ainsi, l'Inde est malheureusement encore un pays très pauvre : - Selon des études menées par la Banque Mondiale en 2005, 41 % de la population indienne (soit 455 millions de personnes) doit survivre avec un pouvoir d'achat équivalant à 1 dollar par personne par jour et 85 % de la population (soit 938 millions d'habitants) doit survivre avec un pouvoir d'achat par personne de moins de 2 dollars par jour.   - 43 % des enfants de moins de cinq ans souffrent de malnutrition, selon des statistiques officielles . Et 42% des enfants en sous-alimentation dans le monde vivent en Inde . - Selon les indicateurs de la faim dans le monde développés par l’organisation « Welthungerhilfe », une ONG allemande majeure, l'Inde est dans le même groupe de pays que le Cambodge, le Burkina Faso, le Zimbabwe, la Tanzanie et Haïti  .  Il est important de noter que durant les années de forte croissance de revenu débutées en 2002, les indices de développement humain dans le pays ont été régulièrement en chute. L'Inde s’est retrouvée déplacée du rang de 126ème parmi les 179 nations comptabilisées au 128ème en 2007-2008 et 132ème en 2008-2009 dans le Rapport du Développement Humain du PNUD. [1]Classement basé sur le PIB en 2007. Source : The Economist, Pocket world in figures, édition 2010[2]Produit intérieur brut (PIB) par habitant en dollars américains, exprimée en pouvoir d'achat par personne (PPP), Source : The Economist, Pocket world in figures, édition 2010. Les données pour le Luxembourg sont gonflées comme la méthodologie ne reflète pas correctement la contribution de la population migrante (frontaliers des pays voisins).

Contexte: 

La région de Goa est connue des touristes depuis des générations. Elle attire pour ses plages et sa douceur de vivre, mais aussi pour ses bars, la drogue et la prostitution. Les touristes étrangers et les Indiens de la classe moyenne la fréquentent.

Localisation: 
Mormugao, région de Goa: trafic, prostitution et tourisme sexuel impliquant des enfants.
Durée: 
01/08/2013 - 31/07/2015 (24 mois)
Budget: 
62.814,10 € sur 24 mois
Partenaires: