Nos projets

Niger :

Participation des enfants en Afrique pour un réseau de lutte contre l’exploitation sexuelle des enfants (PARLE)

 

Localisation

Commune de Niamey (capitale) et région de Téra (frontière avec le Burkina Faso et le Mali)

 

 

Durée

Janvier 2018-Décembre 2019

 

Contexte

Le Niger est un pays enclavé d’Afrique subsaharienne, à faible revenu et aux ressources naturelles limitées. La protection des enfants de l’exploitation sexuelle est un enjeu dans le pays et une préoccupation pour les comités de surveillance des instruments internationaux des droits de l’homme. En 2016, le Comité pour la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille, puis le Comité pour la l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes en 2017 se sont inquiété de la situation du mariage d’enfants et de ses liens avec la traite, ainsi que de la situation de l’exploitation sexuelle des enfants dans la prostitution[1].

Au Niger, l’application des droits des enfants tels que stipulés dans les textes de loi se heurte à certaines réalités, notamment la mobilisation des ressources techniques et financières par l’Etat. Dans la réalité, les connaissances limitées des droits, devoirs et responsabilités de chacun dans la protection de l’enfance, et certaines pratiques sociales, culturelles et religieuses, contribuent à entraver la protection de l’enfance. Il est donc important de renforcer les acteurs locaux en termes de capacité (technique et financière) d’accueil, d’hébergement, de prise en charge et de réinsertion des enfants victimes à Niamey (capital) et en milieu rural (Régions de Téra).

Le projet s’inscrit dans le cadre d’un projet multi-pays où les programmes se déroulent sur dix pays en Afrique subsaharienne avec des activités adaptées dans chacun des pays en fonction de l’expérience, l’historique et les alliances identifiés dans ces derniers.

 

Objectif du projet

Réaliser le droit des enfants à vivre à l’abri de toute forme d’exploitation sexuelle

 

 Résultats escomptés

  • Les victimes/survivants d’exploitation sexuelle bénéficient de services appropriés permettant leur réintégration effective et durable
  • Les enfants acquièrent les connaissances et réflexes pour s’auto-protéger
  • Les acteurs de protection savent répondre efficacement aux besoins des enfants face à l’exploitation sexuelle
  • Des connaissances et recommandations autour de l’exploitation sexuelle des enfants sont produites et partagées afin d’informer les politiques publiques
  • Les décideurs politiques, acteurs de protection et le grand public sont mobilisés autour de la question de l’exploitation sexuelle et font avancer les politiques, législations ou programmes de lutte contre l’exploitation sexuelle des enfants

 

Groupes cibles du projet

  • Enfants et/ou jeunes à risque ou victime d’exploitation sexuelle
  • Familles et communautés
  • Acteurs jouant un rôle dans la protection de l’enfance et leurs structures
  • Gouvernement du Niger et décideurs politiques

 

Bénéficiaires

3366 Enfants et/ou jeunes à risque ou victime d’exploitation sexuelle :

  • 80 Enfants et jeunes pris en charge pour une réinsertion
  • 36 Enfants et jeunes suivis dans leur parcours de réinsertion
  • 250 Enfants et jeunes informés sur les risques et les mécanismes d’autoprotection
  • 3000 Enfants et jeunes sensibilisés (écoles)

 

800 Foyers : parents, tuteurs, et communautés

  • 800 Communautés sur les sites d’orpaillages

 

280 Acteurs jouant un rôle dans la protection de l’enfance et leurs structures (10) :

  • 36 Membres des comités de protection formés
  • 160 Leaders communautaires formés
  • 60 Acteurs de protection (police, services étatiques, etc) formés
  • 20 Journalistes formés
  • Structures: 20 Décideurs politiques et le gouvernement du Niger

 

Budget 

112 500 Euros.

 

Partenaires d’exécution du projet :

ANTD , partenaire nigérien : http://antd-niger.blogspot.com/

ECPAT France : https://ecpat-france.fr/

ECPAT International : www.ecpat.org

RISE Learning Network : https://riselearningnetwork.org/

 

Partenaire institutionnel

Ministère des Affaires Etrangères et Européennes de Luxembourg

Agence Française du Développement

 

Faits

  • Âge légal pour mariage : 18 ans pour des hommes, 15 ans pour des filles
  • Convention relative aux droits de l’enfant : signée et ratifiée en 1990
  • Travail d’enfant (2010-2016) : 31,0%
  • Mariage précoce (2010-2017), marié avant 15 ans : 28,0%
  • Mariage précoce (2010-2017), marié avant 18 ans : 76,0%

 

[1] Convention internationale sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres
de leur famille, Observations finales concernant le rapport initial du Niger (CMW/C/NER/CO/1, paras. 30 et 51) ; Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes, Observations finales sur le rapport unique valant troisième et quatrième rapports périodiques du Niger (CEDAW/C/NER/CO/3-4, paras. 24 et 25)