Sous le Haut Patronage de Son Altesse Royale la Grande-Duchesse

Népal 3

Bien qu'illégale, l'exploitation sexuelle de mineures dans l'industrie du sexe demeure une réalité au Népal. Faute de politiques et de réglementations gouvernementales strictes, l'éradication de ce fléau n'est pas à l'ordre du jour. L'urgence consiste donc à retirer les jeunes victimes des lieux d'exploitation, et de les guider vers leur réhabilitation grâce aux services offerts. Aide psychosociale, éducation, formation professionnelle, soins de santé, aide juridique, placement professionnel et création de petits commerces sont autant de leviers pour aider ces enfants à retrouver leur autonomie en dehors des circuits de l'exploitation sexuelle. Ce projet, opéré en partenariat avec Biswas Népal, intègre les attentes exprimées par les bénéficiaires de l'aide, s'appuie sur le témoignage d'anciennes victimes et concentre l'expérience acquise par d'autres acteurs et autorités locales pour proposer des modes d'intervention efficaces dans la lutte contre ce fléau.

La fiche récapitulative de ce projet peut être téléchargée sur ce lien

Action pour défendre et garantir l’ensemble des droits contre l’abus des enfants travaillant dans les bars et les salons de massages et vulnérables à l’exploitation sexuelle.

Garantir les droits des femmes et des jeunes filles travaillant dans les « dance bars » et les salons de massages et en retirer les enfants victimes d’abus et d'exploitation sexuels.

Sensibilisation des propriétaires d'établissements (« dance bars », « cabin restaurants », salons de massages) et des employés aux droits, à la sécurité au travail et à la protection des employés, en mettant l’accent sur les femmes et les enfants.

Activité 1 : L'équipe, qui comprend les travailleurs sociaux et les conseillers psychosociaux, effectuera des visites régulières aux établissements, à ceux déjà identifiés et aux nouveaux, afin de créer des liens avec les propriétaires et les employés. Il en résultera à la fin du projet :

  • un travail de sensibilisation qui aura permis d’entrer en contact avec 150 femmes et jeunes filles dans les « dance bars », « cabin restaurants » et autres établissements similaires. Toutes auront été avisées de leurs droits, de la sécurité et de la protection au travail ;
  • un suivi, sous forme d’interactions avec les propriétaires, sera fait auprès de 50 établissements.

 

Activité 2 : Des efforts seront faits pour que les propriétaires d'établissements respectent le code de conduite garantissant la sécurité et la protection des employés. Il en résultera à la fin du projet:

  • l’affichage visible sur les murs de 10 établissements du code de conduite ;
  • 10 propriétaires d’établissements fourniront à leurs employés des contrats de travail ;
  • 20 propriétaires d’établissements s’engageront par écrit à ne pas employer d’enfants.

 

Mise en place d’une approche holistique pour accompagner chacun des enfants avec qui le projet aura établi une relation, et le retirer des situations de travail abusives et d'exploitation en lui offrant divers services élaborés à partir des besoins.

Activité 1: Un centre d'accueil de jour (DIC : « Drop-in-center ») accueillera les femmes et les enfants pour qu’elles se détendent, pour leur bien-être et leur autonomisation. En conséquence, à la fin du projet:

  • 100 femmes et jeunes filles, dont au moins 80 enfants, visiteront le DIC et auront ainsi accès aux différents services mis à disposition ;
  • 50 mineurs ayant bénéficiés des services du projet auront été retirés des conditions d’exploitation et vivront dans le respect et la dignité.

 

Activité 2:Les femmes et les enfants se rendant au DIC suivront diverses formations et bénéficieront d’aides en vue d’une vie autonome, grâce à des placements professionnels et des créations de petit commerce. En conséquence, à la fin du projet :

  • 50 enfants auront acquis des compétences professionnelles leur permettant une vie autonome ;
  • 30 enfants auront été aidés dans la création de leur propre entreprise ;
  • 10 femmes et enfants auront reçu une aide juridique ;
  • grâce à l'orientation juridique et à la formation, 75 femmes et jeunes filles auront la compréhension des législations existantes et des questions juridiques relatives à leurs droits ;
  • grâce au coaching et à la formation, 75 femmes et jeunes filles seront préparées à la vie active ;
  • 75 femmes et jeunes filles recevront une orientation à la santé et à l’hygiène ;
  • 40 femmes et enfants bénéficieront de deux camps de santé ;
  • 20 enfants bénéficieront d’un soutien de scolarité ;
  • 60 enfants bénéficieront d’éducation non-formelle.

 

Renforcer la coordination entre les différents acteurs, dont les ONG partageant les mêmes idées, et plaidoyer pour une surveillance et une réglementation efficace de l’industrie du sexe.

Activité 1 : L’actuelle alliance entre les ONG partageant les mêmes idées sera renforcée. En conséquence, à la fin du projet :

  • des relations plus fluides et plus fortes existeront entre les organisations ;
  • trois réunions organisées par Biswas Nepal permettront aux organisations de trouver un consensus et de suivre le même agenda ;
  • participation active de chacune des organisations aux célébrations d’événements nationaux et internationaux tels que la journée mondiale contre le travail des enfants, la journée internationale pour l’abolition de l’esclavage, le 1er mai, la journée internationale de la femme, etc.

Activité 2 : Le projet renforcera les liens entre Biswas Nepal, le syndicat, les propriétaires d’établissements et les employées.

  • Une réunion d’interaction et de partage entre les propriétaires d’établissements se tiendra chaque trimestre.
  • Deux réunions d’interactions entre le syndicat, les propriétaires d’établissements et les organisations travaillant dans le même domaine auront lieu.

Eléments qualitatifs: 

Principalement axé sur le retrait des mineurs soumis à l'exploitation sexuelle à des fins commerciales dans l’industrie du sexe, le projet ciblera l’ensemble des jeunes filles et des femmes y travaillant. S’il se concentre autour des « dance bars », le projet s’adressera également aux bénéficiaires de différents types d’établissements tels que les salons de massages, « cabin restaurants », « dohari restaurants » et les petits « bhattis pasals ». Une attention toute particulière sera portée aux mineurs issus de groupes désavantagés et économiquement faibles.

Eléments quantitatifs:

150 femmes et jeunes filles seront approchées dans les « dance bars », « cabin restaurants » et autres établissement similaires grâce à un travail de sensibilisation. Toutes seront informées sur leurs droits, la sécurité au travail et la protection. Parmi ces 150 femmes et jeunes filles, 50 seront totalement soustraites à leur condition.

Contexte: 

Selon des études récentes, de 16% à 33% des femmes travaillant dans l'industrie du sexe au Népal ont moins de 18 ans. Pour la plupart, ces jeunes filles sont originaires de villages situés aux alentours de la vallée de Katmandou, et donc victimes de trafic interne. Malgré l'appel des ONG à pratiquer une tolérance zéro dans l'application de la loi népalaise anti-trafic, force est de constater le manque d'amélioration significative dans ce domaine..

Localisation: 

Katmandou: quartiers de Sundhara, Tripureswore, Durbar Marg, Baneshwor et Dilli Bazar

Durée: 

01 septembre 2014 - 31 juillet 2015

Budget: 

43 949,80 €