Sous le Haut Patronage de Son Altesse Royale la Grande-Duchesse

Mali

L’exploitation sexuelle des enfants est une réalité au Mali. Selon nos études auprès des jeunes à risque, c’est même un tiers des enfants interrogés qui dit en souffrir. Pourtant le silence règne sur ce fléau qui se développe faute de le reconnaître. Les besoins en termes de prévention, protection, réhabilitation et réinsertion sont immenses. Nous y répondons depuis 2007, avec de nouvelles interventions dans 4 villes et régions du pays à partir de 2015.

La fiche récapitulative de ce projet peut être téléchargée sur ce lien

Mariam, 12 ans
“ Mes parents sont handicapés et la prostitution est le seul moyen de pouvoir les aider...”
Animata, 12 ans
“ J’ai perdu ma maman il y a 6 ans. Ma mère adoptive me maltraitait, alors j’ai fui...”
Fatou, 14 ans
“ Mes parents ont été tués dans les combats. Je suis seule à Bamako, je n’ai pas d’autre choix...”
Hawa, 15 ans
“ Je déteste la prostitution, j’y laisse ma vie. Je me drogue beaucoup pour supporter tout ça...”

Rompre le silence autour des filles mineures exposées à et/ou victimes d’exploitation sexuelle à des fins commerciales au Mali (Bamako, et régions de Ségou, Sikasso, Mopti)

Par ce projet, ECPAT Luxembourg et ses partenaires visent d’une part à prévenir les risques d’exploitation sexuelle des enfants, par des actions de sensibilisation auprès des enfants, des familles et des communautés du Mali, et d’autre part à prendre en charge les enfants victimes d’exploitation sexuelle pour le rétablissement de leur bien-être.

Réalisation d’animations thématiques pour aider les enfants à renforcer leurs compétences de vie à la protection contre l’exploitation sexuelle. Des leaders communautaires, des animateurs, éducateurs éveilleront auprès de ces enfants la conscience de s’auto-protéger contre l’exploitation sexuelle et sensibiliseront également leurs parents.

2 558 enfants bénéficieront des actions de prévention.

Quelques exemples

L’enfant exposé ou victime nécessite un cadre protecteur et bienveillant pour l’aider à recouvrir son bien-être physique et psychique. Pour cela, les enfants sont accueillis dans des centres à Bamako et dans les zones d’intervention du projet où une prise en charge psychosociale leur est garantie.

417 filles en situation de rue bénéficieront des mesures de protection, de réhabilitation et de réinsertion professionnelle.

Quelques exemples

Ce dispositif comprend des actions combinées de prises en charge sociale, médicale, psychothérapeutique et juridique de l’enfant victime d’exploitation sexuelle, en vue de sa réintégration sociale et/ou de son retour en famille.

Les jeunes filles protégées seront réhabilitées et réinsérées professionnellement.

Quelques exemples

Des formations spécifiques à la prise en charge psychosociale d’enfants victimes d’exploitation sexuelle seront dispensées aux intervenants sociaux ainsi qu’aux acteurs de la protection de l’enfant.

Les intervenants sociaux des structures partenaires du projet, les intervenants et des acteurs clés de la protection de l’enfance, les officiers de police judiciaire, les communicateurs traditionnels, les leaders communautaires, les professionnels des médias.

Quelques exemples

Les enfants bénéficiaires du projet sont:

  • Adolescentes et jeunes filles en situation de rue à risque d’ESEC et/ou victimes d’ESEC
  • Filles victimes d’ESEC accueillies au Centre de Caritas à Bamako et du Bureau National Catholique pour l’enfance
  • Enfants des Centres d’Ecoutes Communautaires
  • Enfants pairs éducateurs
  • Parlement des enfants
  • Enfants de l’Association pour la Promotion des Jeunes et Enfants Communicateurs
Contexte: 

Selon les résultats d'une étude quantitative et qualitative que nous avons réalisée en 2013, près de 30% des enfants interrogés déclarent avoir subi une des 3 formes d'exploitation sexuelle: victimes du tourisme sexuel impliquant des enfants, victimes de traite à des fins sexuelles et victimes de prostitution. Cette dernière forme s'avère être la plus fréquente.

Localisation: 

Bamako, Ségou, Mopti et Sikasso.

Ces endroits ont été choisis car ils remplissent un ou plusieurs de ces critères : attrait économique et touristique, proximité frontalière, sites aurifères avec une prévalence d’enfants exposés et/ou victimes d’exploitation sexuelle à des fins commerciales.

Durée: 

2015 – 2018 (36 mois)

Budget: 

Sur 3 ans: 955 926,26 €