Sous le Haut Patronage de Son Altesse Royale la Grande-Duchesse

Luxembourg

Luxembourg

Il existe deux formes d’exploitation sexuelle des enfants à des fins commerciales qui sont en grande partie rendues possibles par la supériorité économique de l’abuseur européen sur un enfant originaire d’un pays en voie de développement :

  • l’exploitation sexuelle commerciale d’enfants dans leurs pays par des européens en voyage
  • l’exploitation sexuelle commerciale en Europe d’enfants originaires de pays en voie de développement, notamment victimes de trafic

Lors du Premier Congrès Mondial contre l’exploitation sexuelle des enfants à des fins commerciales organisé à Stockholm (Suède) en 1996, Son Altesse Royale la Grande-Duchesse avait lancé un appel aux participants pour que ceux-ci proclament solennellement que notre civilisation ne peut tolérer l’exploitation sexuelle des enfants. L’engagement pris par Son Altesse Royale la Grande-Duchesse en matière de lutte contre l’exploitation sexuelle des enfants a été à l’origine de la création d’une représentation du réseau ECPAT à Luxembourg.

Suite à sa participation à ce Premier Congrès mondial, le gouvernement du Grand-Duché a conçu et mis en place des mesures pour lutter contre l’exploitation sexuelle au plan national. Parmi ces mesures il est important de noter l’adoption en 1999 d’une loi visant à lutter contre l’exploitation sexuelle des enfants (Loi du 31 mai 1999) et l’élaboration, durant cette même année, d’unProgramme national d’action contre l’exploitation sexuelle des enfants à des fins commerciales.

Le gouvernement du Grand-Duché a réaffirmé et renforcé son engagement à lutter contre l’exploitation sexuelle des enfants à des fins commerciales lors du Deuxième Congrès mondial qui s’est tenu à Yokohama (Japon) en 2001. 

Cela s’est notamment concrétisé au niveau national à travers la mise en place par le Ministère de la Famille et de l’Intégration, en partenariat avec ECPAT Luxembourg et des représentants du secteur privé (Luxair et les institutions représentant les agences de voyage du Luxembourg : GAVL et SAVL), de deux campagnes de prévention de l’exploitation sexuelle des enfants dans le tourisme (en 2002/2003 et en 2007).

Un projet développé entre 2009 et 2012 visait à consolider et à renforcer les acquis des actions menées au Grand-Duché en matière de prévention du tourisme sexuel impliquant des enfants et, plus largement, de contribuer à la réalisation des engagements pris au niveau international, régional et national par le gouvernement du Grand-Duché dans le cadre de la lutte contre l’exploitation sexuelle des enfants à des fins commerciales.

Il existe deux formes d’exploitation sexuelle des enfants à des fins commerciales qui sont en grande partie rendues possibles par la supériorité économique de l’abuseur européen sur un enfant originaire d’un pays en voie de développement :

  • l’exploitation sexuelle commerciale d’enfants dans leurs pays par des européens en voyage
  • l’exploitation sexuelle commerciale en Europe d’enfants originaires de pays en voie de développement, notamment victimes de trafic
Si la majorité des enfants victimes du tourisme sexuel impliquant des enfants (TSIE) vivent dans des pays du Sud ou de l’Est, une grande partie de leurs abuseurs est issue des pays riches, comme la France et le Luxembourg. Les destinations de tourisme sexuel évoluent rapidement et fréquemment, notamment en fonction des mesures adoptées par certains pays pour lutter contre cette pratique.

La mise en œuvre d’actions de lutte en Europe est également indispensable au regard de l’augmentation de l’exploitation sexuelle commerciale d’enfants en provenance de pays en développement en Europe de l’Ouest depuis le début du 21ème siècle. Parmi ces jeunes, beaucoup ont été victimes de trafic. Au Luxembourg et en France, les mineurs viennent notamment d’Europe de l’Est et d’Afrique.

Le projet a pour objectif spécifique d’agir sur les facteurs qui favorisent en Europe l’exploitation sexuelle d’enfants des pays en voie de développement :

  • dissuader les abuseurs européens
  • créer une prise de conscience de l’opinion publique européenne
  • améliorer les mécanismes sociaux et judiciaires luxembourgeois et français liés à la lutte  contre l’exploitation sexuelle des enfants à des fins commerciales
  • Campagnes de sensibilisation des voyageurs et du grand public
  • Sensibilisation des et collaboration avec des professionnels du tourisme
  • Sensibilisation des et collaboration avec des professionnels du journalisme
  • Sensibilisation des et collaboration avec des pouvoirs publics (magistrats, policiers)
  • Lobbying et plaidoyer
  • Voyageurs
  • Professionnels du tourisme et du journalisme
  • Etudiants du tourisme et du journalisme
  • Grand public
  • Magistrats er policiers
  • Travailleurs sociaux
Contexte: 

Depuis 1996, Son Altesse Royale la Grande-Duchesse Maria Teresa de Luxembourg et le gouvernement du Grand-Duché de Luxembourg se sont fermement impliqués dans la lutte contre l’exploitation sexuelle des enfants..

Localisation: 

Luxembourg

Durée: 

2008 - 2012